4 CLICHÉS DE SOLFÈGE QUI ONT TOUJOURS LA PEAU DURE

4 clichés de solfège qui ont la peau dure. Découvrez-les dans cet article et voici pourquoi il s’agit bel et bien de clichés, et non de vérités toutes établies.

1er cliché : « le solfège ne sert à rien car je peux jouer n’importe quel morceau à l’oreille ».

Alors, en effet, il y a des pianistes débutants, ou non, qui sont capables de reproduire n’importe quel morceau à l’oreille. Il leur suffit d’écouter les notes de musique. Néanmoins, si vous faîtes partie de la majorité des pianistes débutants, vous serez uniquement capables de reproduire la mélodie du morceau. C’est-à-dire la portée en clé de sol jouée avec votre main droite.

Maintenant, si vous êtes réaliste, vous devriez vous apercevoir que même jouée à l’oreille, votre mélodie ressemble à de l’à peu près. Elle n’est pas exactement conforme à la partition originale. Il ne s’agit pas de dénigrer vos talents de reproduction pianistique car c’est déjà beaucoup. Il s’agit plutôt d’être objectif pour déconstruire cette bêtise. Dire que le solfège ne sert à rien est une hérésie. Comme à l’orientation, vous pouvez très bien vous sortir d’une forêt sans boussole. Mais vous n’avez pas la garantie d’en sortir dans un temps relativement court.

Apprendre le solfège a cet avantage considérable d’être dans la certitude. Vous ne passerez à côté d’aucune de ces notes qui font toute la différence quand on écoute votre morceau.

2em cliché : « le solfège ne sert plus à rien à l’heure d’internet avec les tutoriels Youtube »

Alors je vous comprends tout à fait. Lorsque j’ai débuté à mes 13 ans je n’avais pas encore de professeur pour m’enseigner le solfège. J’avais tellement envie de jouer que je me suis familiarisée avec les touches en reproduisant les sons des briques qui tombaient sur le piano virtuel. Néanmoins, je me suis rapidement aperçue que savoir déchiffrer une partition était bien plus efficace dans le temps que de simplement reproduire des sons.

En pratique cette méthode a des limites considérables. Même si la technologie ne cesse de nous surprendre, je trouve qu’il n’est pas très judicieux de dépendre de tutoriels pour jouer un morceau. Tous les morceaux de musique ne sont pas traduits sous forme de tutoriels. Et, en outre, la traduction n’est pas toujours très bonne ni fidèle à l’original.

Par ailleurs, si on réfléchit deux minutes. Le temps que vous allez passer à reproduire les notes sur votre piano et à les mémoriser car vous jouerez forcément tout de tête, sera au final presque identique à celui que vous mettre pour déchiffrer une partition mais vous aurez un avantage supplémentaire c’est qu’une fois que vous saurez déchiffrer les notes, vous pourrez déchiffrer n’importe quel morceau, peu importe qu’il soit sur Youtube ou non.

3em cliché : « le solfège se résume à savoir lire les notes de musique »

Il n’y a RIEN de plus FAUX !

Cet argument supposerait qu’une partition se résume à une succession de notes et qu’une fois que vous savez placer un sol et un fa, c’est fini. Un morceau de piano : ce n’est pas ça. Lorsque vous écoutez une musique quelle qu’elle soit, vous aurez sans doute remarqué qu’il y a des pauses et des silences. Vous savez ? Ces arrêts que tous les pianistes débutants refusent de faire parce qu’ils estiment que le but est de finir le morceau le plus vite possible.

Maîtriser les silences, c’est un art et ça fait partie du solfège. Un autre exemple concret pour vous démontrer que cet argument est complètement faux. Il y a des moments dans un morceau où vous allez jouer plus doucement et d’autres moments où vous allez appuyer avec force sur le clavier. Ce sont des nuances et ces nuances font partie intégrante du solfège. Non ce ne sont pas des détails qu’il faut négliger. Et non ces détails ne sont pas à laisser de côté pour progresser.

4em cliché : « faire des gammes est inutile pour progresser au piano. »

Là encore, je ne peux que déplorer ce cliché.

Les gammes ou tout autre exercice régulier d’assouplissement des doigts n’est jamais du temps perdu. Il ne s’agit pas non plus d’un travail inutile pour s’améliorer au piano. C’est tout le contraire. Plus vous ferez des exercices et des gammes, et plus vous gagnerez en finesse dans votre jeu. Bien entendu je ne dis pas que c’est simple. Ni que c’est plaisant. Mais ce sont des échauffements indispensables tout comme pour le sport ou le chant. A titre informatif. Ces échauffements vous permettent également à la longue de ne pas vous faire mal aux doigts. Cela semble bizarre ? Et pourtant. Vous pouvez effectivement avoir mal aux doigts au début quand vous n’avez pas l’habitude de faire certains mouvements. C’est le cas des passes de doigts entre le pouce et l’auriculaire.


CSP
CSP

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.