Comment interpréter un morceau de musique au piano ? Cette question revient fréquemment parmi les pianistes débutants ET ! les pianistes les plus avancés.

Comment interpréter un morceau de musique au piano ?

Que signifie « interpréter » ? Qu’est-ce que l’interprétation ?

Etymologie

Le terme « interprétation » nous vient du latin interpretatio qui signifie « explication ».

Définition

Selon le Larousse, l’interprétation est un « acte par lequel un exécutant, un groupe d’exécutants, ou leur chef, rend sensible au public ce qui n’existe qu’à l’état virtuel dans la partition écrite. » L’interprétation est aussi définie comme « l’acte de donner un sens » à une œuvre.

Selon l’Encyclopédie de la musique, l’interprétation est l' »opération par laquelle un exécutant propose une œuvre musicale à un public donné ; le point de départ est constitué par une partition écrite, mais l’interprétation devient ensuite un acte de connaissance, complexe et personnel de la part de l’interprète ».

Plus simplement, l’interprétation est l’acte de personnaliser une partition préalablement écrite d’une certaine manière (avec des nuances précises, un rythme précis etc). Il s’agit donc de rendre sien ce qui ne l’était pas.

Exemples

Voici un extrait du thème du Château ambulant de Joe Hisaishi. Ce premier extrait est interprété d’une certaine manière.

Voici à présent le même extrait, avec les mêmes notes etc mais dont l’interprétation diffère de la première.

3 éléments pour mieux interpréter

Bien interpréter un morceau de piano passe d’abord par le respect des indications annotées sur les partitions. Parmi ces indications, on retrouvera entre autre 3 choses : (1) le respect des nuances, (2) le respect du rythme et (3) le respect du jeu des pédales.

1) Respecter les nuances

Définition

Qu’est-ce qu’une nuance ? Selon le Larousse, les nuances sont « les différents degrés d’intensité que l’on peut donner aux sons. »

Plus simplement, les nuances sont des abréviations italiennes nous indiquant les moments où il faut jouer fort avec les touches, ou au contraire jouer les notes plus faiblement.

Le rôle des nuances

La plupart de ces nuances sont d’origine italienne. Sachez également qu’un morceau de musique n’est pas une série de notes jouées de manière monotone. Il faut pouvoir mettre des accents sur certaines parties, les jouer très fort ou au contraire laisser mourir le son.

Exemples

Voici donc les principales abréviations que vous rencontrerez au fil des partitions : la nuance forte, la nuance piano, le crescendo et le decrescendo.

La nuance forte

Chaque fois que vous verrez dans une partition la lettre « f », cela signifie qu’il faudra jouer cette note de manière forte, soit en enfonçant davantage les doigts dans les touches du piano.

La nuance piano

La nuance piano est le contraire de la nuance forte.

Au lieu de jouer en enfonçant bien les doigts sur le clavier, vous jouerez au contraire doucement pour étouffer un peu le son de la note.

Le crescendo

Le crescendo est représenté sous la forme d’un guillemet dont la pointe se situe à gauche. Chaque fois que vous vous retrouverez avec un guillemet de ce type, vous devrez commencer à jouer faiblement sur les touches pour ensuite monter en puissance et jouer plus fortement. Et ce jusqu’à la fin du passage indiqué.

Le decrescendo

Présenté également sous forme de guillemet, le decrescendo est en quelque sorte le contraire du crescendo. Il indique au musicien de commencer à jouer les notes de manière forte en diminuant le son au fur et à mesure.

Pour en savoir plus sur les nuances, cliquez ici pour accéder au cours.

D’autres nuances

Il existe d’autres nuances permettant au musicien de savoir comment jouer son morceau. Celles que vous allez découvrir maintenant sont des dégradés des nuances piano et forte.

La nuance mezzo piano

Cette nuance est plus subtile que la nuance piano. Elle nous indique de jouer « moyennement faible ».

La nuance pianissimo

La nuance pianissimo, repérable grâce à ses deux « p » signifie que l’on doit jouer les notes très doucement. Plus doucement que piano.

comment interpréter un morceau de musique

La nuance pianississimo

Cette nuance, pianississimo, quant à elle, signifie que l’on doit jouer les notes très très doucement.

comment interpréter un morceau de musique

La nuance mezzo forte

Tout comme la nuance mezzo piano, la nuance mezzo forte indique au musicien de jouer « moyennement fort ».

comment interpréter un morceau de musique

La nuance fortissimo

Cette nuance indique qu’il faut jouer la note très fort, donc plus fort que forte.

La nuance fortississimo

Elle nous indique qu’il faut jouer la note très très fort, donc plus fort encore que fortissimo.

Exemple de partition

Voici un exemple d’un extrait de partition montrant les nuances existantes.

comment interpréter un morceau de musique
Extrait d’un morceau avec des nuances

2) Respecter le rythme

Vous entraînez-vous ?

Cela peut paraître évident ou sembler n’avoir aucun rapport, pourtant respecter le rythme d’un morceau vous permettra de bien l’interpréter. Respectez-vous bien les durées des notes lorsque vous jouez une partition ou bien jouez-vous le rythme de manière hasardeuse et à l’instinct ?

Assurez-vous déjà de bien connaître les valeurs rythmiques des notes. Par exemple, savoir qu’une ronde vaut 4 temps, une blanche 2 temps, une noire 1 temps etc. Ensuite, comptez dans votre tête le nombre de temps lorsque vous lisez la partition devant vous.

Jouer avec le métronome

Vous êtes-vous également entraîné avec un métronome ? Si ce n’est pas le cas, il est temps de s’y mettre !

Le métronome reste le meilleur outil pour travailler la justesse du rythme, et donc avoir une interprétation plus fidèle du morceau que vous jouez.

Pour en savoir plus sur le rythme, reportez-vous au cours suivant en cliquant ici.

3) Le jeu des pédales

Comment interpréter un morceau de musique si on n’y ajoute jamais la pédale ? Bien entendu, vous pouvez jouer les notes sans pédale lorsque le morceau s’y prête ou que l’on veut jouer en staccato, c’est-à-dire de manière piquée. Néanmoins dans la plupart des cas, utiliser la pédale est essentiel.

Définition

Qu’est-ce qu’une pédale ? Selon l’Encyclopédie de la musique, la pédale est un « mécanisme appliqué à différents instruments (orgue, clavecin, piano, harpe, timbale, etc.), et actionné avec le pied, pour obtenir les notes et les effets désirés. »

Exemple concret

Voici un extrait de Star Wars joué avec pédale.

Voici à présent le même extrait mais joué sans aucune pédale.

La différence est saisissante. D’un côté on entend une suite harmonieuse de sons amplifiés, de l’autre nous avons juste des notes déliées une à une.

Bien interpréter un morceau commence donc par savoir utiliser les pédales. Et surtout ! erreur courante chez les débutants, ne jamais noyer un morceau de pédale forte (pédale de droite).

Pour en savoir plus sur les pédales, leur fonctionnement et les types de pédales existantes, cliquez ici.

Mettre de l’émotion dans le jeu

Un dernier point pour bien interpréter un morceau de musique. Mettez-y de l’émotion. Ce dernier conseil vous semblera peut-être moins pragmatique que les trois précédents pourtant il fait toute la différence.

Solliciter sa partie créative

Le simple fait de vouloir raconter une histoire lorsqu’on joue un morceau ne donne pas le même résultat que lorsqu’on ne fait… que le jouer. La sensibilité est quelque chose qui vient par les émotions que l’on met dans le jeu. C’est le fait de ralentir à un moment donné pour laisser quelques notes flotter dans l’air, nous permettre de respirer et in fine mieux apprécier le morceau.

Mettre des émotions dans ce que l’on interprète, ce n’est pas jouer un morceau à toute allure car nous avons hâte d’en finir. Non ! C’est un art qui doit mobiliser votre partie créative, votre envie de raconter une histoire.

Exemple

Prenons plusieurs interprétations d’un même morceau. On choisira ici le thème du Château ambulant, musique composée par le japonais Joe Hisaishi.

Voici le morceau original :

Voici la première interprétation :

Et voici à présent la deuxième interprétation :

Vous avez parfaitement entendu la différence entre ces 3 versions. La manière d’aborder le morceau était à chaque fois différente, que ce soit au niveau du rythme, au niveau des accents ou encore au niveau de la manière de jouer.


Vous avez aimé ce cours sur comment interpréter un morceau de musique ? Partagez sur les réseaux sociaux, likez et commentez.

Pour aller plus loin et prendre vos premiers cours de solfège et de piano, cliquez ici.

Pour découvrir la chaîne Youtube et s’abonner, cliquez ici.

COURS SUIVANT :


Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.