HISTOIRE DE LA LETTRE À ÉLISE :

LA CONNAIS TU ?

La Lettre à Élise est un morceau de piano aujourd’hui mondialement connu, mais qu’en est-il de son histoire ?

 

Contextualisation

L’histoire de la Lettre à Élise commence en 1810, lorsque Ludwig van Beethoven trouve l’inspiration pour ce morceau. Nous sommes en pleine période Romantique et Beethoven est déjà reconnu dans son milieu. Toutefois, ce morceau n’avait pas, à l’époque, le succès qu’on lui connaît aujourd’hui. Loin de là !

Le titre original de La Lettre à Élise était…

La  raison en est bien simple : la Lettre à Élise était une bagatelle qui ne s’appelait pas La Lettre à Élise. En effet, le titre de Lettre à Élise n’a été donné à ce morceau que 40 ans après la mort de Beethoven ! De quoi nous surprendre. Le titre original était : Bagatelle en La mineur, WoO 59*. Autant dire un vrai mystère pour l’œuvre qu’elle est aujourd’hui.

* En numérotation classique, le WoO est l’abréviation d’un terme allemand signifiant « Werke Ohne Opuszahl ». En français, il signifie « œuvre sans opus ».

La Lettre à Élise n’était donc pas destinée à devenir une véritable composition musicale.

Une petite bagatelle

La Lettre à Élise était une bagatelle. Mais au fait, une bagatelle c’est quoi ? Ce terme n’a rien à voir avec la baguette française : il s’agit tout simplement d’une courte composition écrite dans un style badin et léger.

Autrement dit, les bagatelles n’étaient pas considérées comme de « grandes » compositions. C’était la pensée de l’époque (nous sommes au XIXe siècle) mais quelle ironie tout de même ! La prétention à ne pas faire de ces morceaux de grandes œuvres aura malgré tout triomphé en faveur de l’une d’entre elles. Et pour notre plus grand plaisir il faut l’admettre !

 Qui était Élise ?

La Mona Lisa de la musique

Vous vous demandez peut-être qui est cette mystérieuse Élise… La Élise de Beethoven reste aujourd’hui un mystère. Elle est, à l’image de Mona Lisa pour Léonard de Vinci, une femme mondialement connue… Mais dont on ne sait finalement rien. En effet, les historiens n’ont toujours pas pu certifier avec exactitude son identité.

Une partition en mauvais état

Remettons les choses dans leur contexte. Après la mort de Beethoven, soit à peu près 40 ans plus tard, un jeune musicologue allemand retrouver une partition en mauvais état. Il s’agit de La Lettre à Élise. Malheureusement pour lui, la partition est si mal en point qu’il n’arrive pas à totalement déchiffrer le haut de l’œuvre.

Il distingue le « Für » allemand qui signifie en français « Pour » mais la suite est un mystère. La dédicace semble incomplète. Seules les deux dernières lettres d’un prénom sont assez visibles : le « s » et le « e ». Avant cela, difficile de dire ce qui les précède.

Lettre à Élise ou Lettre à Thérèse ?

Une fiancée oubliée

En s’intéressant de plus près à l’histoire de Beethoven, on ne trouve aucune femme dans son entourage portant le prénom Élise. Seule Thérèse Malfatti correspond au profil recherché par les deux dernières lettres de la partition. Thérèse.

Ludwig van Beethoven avait la réputation d’être malheureux en amour. Lors de son séjour à Vienne, il rencontre une jeune aristocrate de dix-huit ans dont il s’éprend. La jeune noble l’inspire tant qu’il compose une Bagatelle en La mineur. Malgré la différence d’âge, qui n’était pas choquante à l’époque, il demande sa main auprès de son père.

La Bagatelle en La mineur serait-elle devenue La Lettre à Élise s’il avait dit oui ? Celui-ci refuse pour cause d' »inutilité de ce mariage » et congédie le musicien. Malgré ce refus, cette rencontre restera gravée en sa mémoire, à tel point qu’elle nous laissera un morceau magnifique.

Des hypothèses invalidées

Pourquoi La Lettre à Élise n’est-elle donc pas devenue la Lettre à Thérèse ? Plusieurs hypothèses sont toujours d’actualité.

1ère hypothèse : Ludwig Nohl aurait choisi le prénom Élise car il sonnait bien. En admettant qu’il connaissait la vie sentimentale de Beethoven, il aurait pu trouver cela plus harmonieux que Lettre à Thérèse… Ludwig Nohl aurait également pu choisir Lettre à Élise en étant convaincu qu’il s’agissait des lettres à demi-déchiffrables sur la partition.

2ème hypothèse : Ludwig Nohl aurait dédié cette partition à une femme de son époque qui s’appelait Élise mais dont on ne connaîtrait rien.


VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ?

Partagez-le autour de vous 🙂

Vous pouvez dès à présent TÉLÉCHARGER LA PARTITION DE LA LETTRE À ÉLISE (thème principal pour débutants) ET LA JOUER DÈS À PRÉSENT.

 

SUIVEZ-MOI SUR :

YouTube

Facebook

contact@coursdesolfegeetpiano.fr


CSP
CSP

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.